samedi , 6 juin 2020

Cloud computing : 14 avancées les plus importantes de la décennie

Mis à jour le:

La technologie a pris de l’ampleur dans les années 2010 lorsque les entreprises ont commencé à déplacer les charges de travail hors des locaux et que des géants du cloud computing ont fait leur apparition.

Le cloud computing a peut-être été la technologie la plus transformatrice de ces dernières années. Il a changé la nature du fonctionnement des entreprises. Bien que le cloud existe déjà avant 2010, la technologie a pris un essor important dans les années 2010. Le nombre d’offres et d’entreprises ayant commencé à déplacer certaines charges de travail hors des locaux en témoigne. Ces charges sont ensuite suivies par la plupart ou la totalité de leurs activités.

Selon Gartner, plus d’un tiers des entreprises considèrent les investissements dans le cloud comme l’une des trois principales priorités d’investissement. Cela a un impact sur les offres du marché. Cette société a également prédit que d’ici la fin de 2019, plus de 30 % des investissements des fournisseurs de technologies en nouveaux logiciels passeront du cloud-first au cloud-only.

Voici quelques-unes des avancées cloud les plus importantes au cours de la dernière décennie.

1. Les géants du cloud computing sont nés

Les géants du cloud computing: AWS, Azur et Google Cloud

En 2010, les trois géants du cloud – Amazon Web Services, Microsoft et Google – avaient tous lancé leurs activités cloud. OpenStack est également apparu cette année. C’est la principale plate-forme logicielle cloud open source.

Les dépenses mondiales sur le cloud public ont commencé la décennie à 77 milliards de dollars, selon Statista. Elles devraient se terminer à 411 milliards de dollars, soit cinq fois de plus de ce montant.

2. Le lancement public d’AWS Cloud Formation

 AWS CloudFormation, lancé en 2011

La réalisation de l’évolutivité et de l’élasticité des services cloud nécessite que les environnements cloud soient définis par du code.

AWS CloudFormation, lancé en 2011, a apporté une manière supportée et cohérente de définir les déploiements cloud AWS dans des environnements de toutes tailles 

Brian Alletto est un architecte principal au conseil numérique chez West Monroe Partners.

Il a fourni un élément constitutif clé de l’infrastructure en tant que code au sein de l’écosystème AWS. Il a aussi facilité l’expansion rapide des solutions prédéfinies disponibles « dans le commerce » pour tout administrateur AWS.

3. L’essor de l’informatique sans serveur (ServerLess)

L'informatique sans serveur (ServerLess)

Le modèle sans serveur est un modèle dans lequel les fonctions sont généralement exécutées dans le cloud. À toutes fins utiles, l’informatique sans serveur est essentiellement née lors de la conférence AWS re:Invent en 2014, avec l’annonce de Lambda par Amazon Web Services. Microsoft et Google ont rapidement suivi avec leurs propres plate-formes.

Malgré son nom, l’informatique sans serveur ne supprime pas le besoin d’un serveur.

Le code logiciel est plutôt externalisé dans l’infrastructure du fournisseur de cloud, là où l’application est exécutée automatiquement à grande échelle en fonction de la requête.

Le fournisseur cloud gère le serveur ainsi que l’allocation des ressources pour libérer et contracter les ressources de manière élastique selon les besoins. La tarification est basée sur la quantité de ressources consommées plutôt que sur les unités de capacité pré-achetées.

4. Les conteneurs et les microservices

Les conteneurs et les microservices

Les conteneurs permettent aux développeurs de gérer et de migrer facilement le code logiciel. Ils deviennent de plus en plus populaires.

Docker est sorti en 2013. Puis, en 2014, le lancement de Kubernetes a vraiment fait bouger les choses, selon Alletto.

Les magasins informatiques d’entreprise ont commencé l’adoption généralisée des architectures basées sur des conteneurs. Puis,  il y a aussi la standardisation requise des solutions basées sur les conteneurs parmi tous les principaux fournisseurs cloud public.

451 Research a prédit que le marché des conteneurs d’applications passerait de 749 millions de dollars en 2016 à plus de 3,4 milliards de dollars d’ici 2021. 53 % des entreprises étudient ou utilisent déjà des conteneurs pour le développement ou la production, selon un rapport de Cloud Foundry.

L'utilisation de conteneurs cloud

L’utilisation de conteneurs cloud est devenue la nouvelle norme, car ils permettent la portabilité de la charge de travail, a déclaré

L’utilisation de conteneurs cloud est devenue la nouvelle norme, car ils permettent la portabilité de la charge de travail,

Kishore Durg est le directeur général principal d’Accenture Cloud for Technology Services. « Ainsi, vous pouvez écrire dans un seul endroit et l’exécuter ailleurs. C’est énorme ! »

Les conteneurs ont engendré des microservices, des DevOps, des scénarios hybrides/multicloud ainsi que la modernisation et la migration des applications 

L’exécution d’applications sur des services plus petits réduit les coûts. Cela augmente également l’utilisation et l’efficacité des ressources. Puis, les conteneurs permettent aux entreprises d’accélérer le développement de nouvelles technologies pour un avantage concurrentiel.

5. Les services cloud natifs

Les services cloud natifs

Selon Durg, l’un des événements les plus importants du cloud computing de la décennie est sans doute la montée en puissance des services cloud natifs.

Les utilisateurs ont perçu le cloud différemment. Ceci en passant d’un centre de données moins cher à un véritable système d’innovation.
Les services cloud natifs offrent aux entreprises un accès presque instantané à des services qui auraient mis des mois à se développer dans l’enceinte de l’entreprise,

En 2018, la Cloud Native Computing Foundation (CNCF), une maison non rattachée à des fournisseurs donnés pour les projets cloud natifs, comptait une communauté d’utilisateurs finaux de plus de 50 membres. Cela comprend les grandes sociétés, dont tous les principaux fournisseurs cloud, ainsi que les entreprises telles que AT&T, NEC , Accenture et Bloomberg.

« Les services cloud natifs ont sans doute marqué le début de l’ère du développement agile dans l’entreprise », a déclaré Durg.

6. La connectivité au cloud computing

La connectivité au cloud computing

Au début, les entreprises « créaient des connexions VPN défaillantes », a déclaré George Burns III. C’est un consultant principal des opérations cloud au conseil numérique chez SPR.

Les connexions dédiées à Amazon Direct Connect ont commencé en 2011, et Azure Express Route en 2014, entre autres. Actuellement, la connectivité est devenue :

Si bien banalisée que presque toutes les entreprises peuvent connecter leur infrastructure existante au cloud 
La dernière décennie a également vu l’augmentation de l’utilisation des clouds privés virtuels, où une partie de cloud public est divisée pour un usage privé, et des VPN pour accéder aux clouds

David Linthicum est le directeur de la stratégie cloud chez Deloitte Consulting. « Actuellement, il est possible d’avoir un VPC, qui exploite un réseau privé-public virtuel », a-t-il déclaré. « Ce fut un grand changement inattendu. Soudainement, toutes les objections des gens sur le cloud public ont échoué. »

7. L’explosion de SaaS

L’explosion de SaaS

L’apparition des logiciels en tant que service a commencé au début des années 2000. Cependant, ce n’est que fin 2016 – début 2017 que le SaaS a considérablement été lancé.

Les entreprises ont commencé à l’utiliser, a déclaré Sid Nag, le vice-président de la recherche chez Gartner. Le marché mondial des services cloud public devrait croître de 17,5 % en 2019 pour atteindre 214,3 milliards de dollars, contre 182,4 milliards de dollars en 2018, selon Gartner.

La partie du marché qui connaît la croissance la plus rapide sera celle des services d’infrastructure de système cloud, ou infrastructure en tant que service (IaaS). Elle devrait croître de 27,5 % en 2019 pour atteindre 38,9 milliards de dollars, contre 30,5 milliards de dollars en 2018. Le deuxième taux de croissance le plus élevé sera réalisé par les services d’infrastructure d’applications cloud ou la plateforme en tant que service (PaaS). Cela est de 21,8 %.

Selon Linthicum, l’une des tendances importantes du SaaS a été la possibilité d’accéder aux API au niveau des services. « Je peux invoquer quelque chose depuis mon application dans les coulisses sans avoir à intervenir d’interface utilisateur », a-t-il déclaré.

Les services cloud bouleversent définitivement l’industrie. La croissance du SaaS a dépassé la croissance des logiciels sur licence réalisés dans l’entreprise 

8. La croissance du cloud hybride

La croissance du cloud hybride

Les clouds hybrides, l’association de clouds privés sur site aux clouds publics ont pris un essor considérable au cours des dernières années. Cela a permis aux entreprises de se prémunir et d’équilibrer ce qu’elles font en interne tout en tirant profit du cloud public.

« Les gens basculent au cloud hybride pour finalement passer au public ou au multicloud », a déclaré Linthicum. « Ils adorent l’hybride, car cela signifie qu’ils sont prêts à tout. Puis, cela ne va pas essentiellement leur créer des difficultés et inquiéter personne dans l’entreprise qui, il y a même cinq ans, repoussant uniquement sur le cloud public. »

Il a déclaré que 95 % des clouds hybrides en cours de construction combineraient des systèmes Mainframe hérités connectés à l’un des grands fournisseurs cloud. Gartner estime que d’ici 2021, 90 % des entreprises déploieront des multiclouds ou un modèle de cloud hybride (public-privé).

9. La sauvegarde et la récupération

La sauvegarde dans le cloud computing

« Les entreprises ont commencé à sauvegarder les charges de travail dans le cloud vers 2014, mais c’était principalement pour les tests », a déclaré Burns. C’était vraiment l’année suivante « quand nous avons basculé les charges de travail vers le cloud public … dès que nos sites Web soient prêts, nous avons commencé à sauvegarder nos fichiers vers Amazon S3. »

« Rackspace est traditionnellement un fournisseur d’hébergement et de services gérés. En 2015, il a annoncé un changement stratégique majeur vers les services gérés de fournisseurs cloud, » a déclaré Alletto. « Cette annonce a validé les modèles commerciaux des concurrents nouveaux et uniquement dans le cloud. Puis, elle a signalé la disponibilité de services gérés à grande échelle pour les environnements de cloud public des magasins informatiques d’entreprise. »

La récupération dans le cloud computing

Désormais, la continuité des activités et la reprise après sinistre « font partie du plan », ajoute Burns. « La possibilité d’acheter des ressources granulaires nous permet de penser à la reprise après sinistre à la première étape et non après le lancement en production. »

Convaincu, Linthicum a déclaré qu’« au cours des trois dernières années, les entreprises ont soudainement commencé à se concentrer sur la BCDR (continuité des activités et reprise après sinistre).

On partait de l’hypothèse que si les organisations utilisaient cloud, elles seraient automatiquement résilientes. Cependant, au cours des trois dernières années, les solutions de sauvegarde ont commencé à s’infléchir, avec l’avènement d’AWS Glacier, a-t-il déclaré. « Les gens se rendent compte qu’ils doivent toujours sauvegarder leurs données. »

10. Passer de capex à opex

Passer de capex à opex

L’une des plus grandes tendances dans le cloud a été le changement dans la façon dont les entreprises ont acheté des ressources technologiques. Vers 2016, elles se sont rendu compte qu’elles pouvaient économiser des sommes importantes sur le matériel et les centres de données, et acheter des services au besoin.

Linthicum recule un peu le délai prévu. Les entreprises ont commencé à évaluer l’agilité et le délai de mise sur le marché comme identificateurs de valeur. « Nous pouvons normalement économiser de 20 à 30 % sur les coûts d’exploitation en basculant au modèle en-tant-que-service », a-t-il déclaré. « J’avais l’habitude de dire que les entreprises migreront vers le cloud pour des économies et elles y resteront pour l’agilité. »

11. La consolidation du cloud computing

La consolidation du cloud computing

En 2018, les cinq principaux fournisseurs IaaS (Amazon, Google, Microsoft, IBM et Alibaba) représentaient près de 77 % du marché mondial IaaS, selon Gartner. La firme prévoit également qu’entre 2020 et 2023, le nombre de fournisseurs de services gérés dans le cloud passera de 3 000 à environ 1 500, a déclaré Nag.

« De toute évidence, les petits acteurs sont exclus de l’affaire », a-t-il noté. Cela est dû au fait que l’entrée dans le cloud nécessite un investissement important.

Pour fournir l’IaaS, il faut construire des centres de données et avoir des investissements importants. Si vous ne disposez pas suffisamment d’argent, il vous sera difficile de soutenir votre business.

La consolidation est l’état final de toute tendance technologique que nous avons connue dans le passé et le cloud n’est pas différent, a déclaré Linthicum. « En fin de compte, les entreprises … vont dépenser [sur] le plus de ressources qui favoriseront le plus la valeur. La migration vers le cloud computing est si élevée que les grands fournisseurs vont en tirer profit et que la consolidation va naître. »

12. Une pléthore de startups et de perturbateurs dans le cloud

Une pléthore de startups et de perturbateurs dans le cloud

La dernière décennie a vu l’essor des entreprises nées dans le cloud. Du streaming vidéo aux services de covoiturage, ces entreprises ont pu se déplacer plus rapidement et à moindre coût que si elles avaient lancé leur entreprise il y a 15 ans, a noté Linthicum. Et tout cela, grâce au cloud computing !

« Elles ont exploité le cloud en tant que multiplicateur de force et une arme pour leur entreprise », a-t-il déclaré. « J’ai été sur de nombreux panels … où, si on demandait aux startups quelle était la seule technologie qui leur permettait d’avoir autant de succès comme ils ont, ils diraient le cloud computing. »

13. La gouvernance du cloud computing

La gouvernance du cloud computing

Le basculement au cloud est également devenu plus acceptable pour les entreprises des secteurs hautement réglementés dû à la gouvernance du cloud. Elle fournit une application cohérente des politiques « ainsi qu’un cadre de sécurité cloud qui dicte les obligations de sécurité d’un fournisseur de cloud computing et de ses utilisateurs pour garantir la responsabilité », selon TechTarget.

La plupart des entreprises sont confrontées aux problèmes de complexité lorsqu’elles migrent vers le cloud, « et le seul moyen de contourner ce problème est la gouvernance … étant donné que c’est presque un problème intenable si nous n’avons pas de gouvernance sur les coûts, les services et les ressources que nous gérons », a déclaré Linthicum.

En termes de fonctionnement de la gouvernance du cloud, « c’est 80 % des questions auxquelles je réponds ». La gouvernance existe depuis l’avènement du cloud computing, a-t-il noté, « cependant, c’est maintenant que nous le découvrons ». Les fournisseurs de cloud public ne proposent généralement pas cette fonctionnalité, a-t-il ajouté. Il s’agit notamment de tiers, car les solutions sont hétérogènes et fonctionnent sur plusieurs clouds.

14. La croissance des multiclouds

La croissance des multiclouds

Une enquête Gartner auprès des utilisateurs de cloud public au début de cette année met en évidence un grand changement vers une stratégie informatique multicloud. Les résultats de l’enquête montrent que 81 % des répondants travaillent avec deux fournisseurs ou plus.

« La plupart des entreprises adoptent une stratégie multicloud afin d’éviter le blocage des fournisseurs et de tirer parti des meilleures solutions », a expliqué Michael Warrilow, le vice-président de Gartner.

Puis, il y a aussi la tendance à migrer vers le cloud dans une approche simple « lift and shift », qui déplace les données avec le moins de travail possible, a déclaré Linthicum. En général, cela se fait en refactorisant ou refaisant les applications et les données afin qu’elles fonctionnent plus efficacement sur une plateforme basée sur le cloud.

À lire aussi

Intelligence artificielle (IA) pour l’entreprise : impact et perspectives

Mis à jour le: 27 mai 2020 Certains des dirigeants les plus réputés pour être …

Share via
Copy link