Comment planifier et gérer un environnement de base de données multicloud ?

Mis à jours 30 septembre 2022

Le déploiement de bases de données sur différentes plateformes cloud offre divers avantages. Voici 10 bonnes pratiques pour créer une architecture de base de données multicloud.

La popularité croissante des déploiements de bases de données multicloud ajoute une nouvelle dimension à la gestion des bases de données. Si votre organisation n’opère pas encore dans un environnement multicloud, il y a de fortes chances que ce soit le cas bientôt. L’adoption du multicloud, que ce soit par choix ou par nécessité, devient un élément clé de l’architecture de base de données moderne.

Les organisations tournées vers l’avenir doivent développer une stratégie de base de données multicloud. Cela leur permet de réaliser des avantages et de surmonter les défis de ces environnements. Pour maximiser les bénéfices potentiels, ces stratégies doivent prendre en compte tous les aspects de la gestion de la base de données. Cela va du déploiement à l’administration en passant par l’accès aux données, comme détaillé ci-dessous.

Qu’est-ce qu’un environnement de base de données multicloud ?

Un environnement de base de données multicloud

Un environnement de base de données multicloud place des instances de base de données ou des bases de données distribuées sur plusieurs plateformes cloud. Les architectures multicloud peuvent inclure des bases de données distinctes s’exécutant dans différents clouds et des bases de données uniques déployées sur des clouds en tant que clusters de bases de données.

En général, les environnements multicloud impliquent l’utilisation de plusieurs clouds publics. Mais, ils peuvent être construits sur n’importe quelle combinaison de clouds publics et privés, ainsi que sur des edge clouds. Ces derniers combinent les technologies cloud et edge computing (informatique en périphérie de réseau).

Par exemple, une organisation peut répartir les bases de données prenant en charge différentes applications sur AWS, Azure, Google Cloud, Infomaniak Cloud ou d’autres hébergeurs de cloud public. Certaines bases de données peuvent également s’exécuter dans un cloud privé configuré dans le propre centre de données de l’organisation. Elles s’exécutent également dans un site de colocation tiers ou virtuellement dans les installations d’un fournisseur de cloud.

L’approche multicloud diffère d’un cloud hybride, qui combine un cloud privé et un cloud public. Il s’agit peut-être des systèmes sur site conventionnels dans un environnement informatique unifié. Mais, les bases de données d’un cloud hybride pourraient éventuellement être intégrées dans une stratégie de base de données multicloud plus large.

Exemple d'architecture de base de données multicloud
Cet exemple de diagramme d’une architecture de base de données multicloud montre des bases de données exécutant différentes applications dans plusieurs clouds.

Avantages d’une stratégie de base de données multicloud

Bien que les avantages du déploiement de bases de données sur plusieurs clouds varient d’une organisation à l’autre, les trois suivants sont les plus fréquemment cités :

  • Économies de coûts. Les organisations peuvent obtenir de meilleures options de tarification et un plus grand pouvoir de négociation en ayant le choix entre plusieurs fournisseurs de cloud.
  • Libre de verrouillage du fournisseur. Dans un environnement multicloud, les organisations peuvent basculer plus facilement vers un autre fournisseur de cloud si les circonstances le justifient.
  • Flexibilité pour utiliser les meilleurs services de leur catégorie. Étant donné que les fournisseurs et les services cloud ne sont pas créés de la même manière, une approche multicloud permet aux organisations de tirer parti des atouts de chaque cloud pour offrir des fonctionnalités optimisées.

D’autres avantages sont le respect des obligations contractuelles qui spécifient ou restreignent les fournisseurs de cloud, et une résilience accrue pour les systèmes nécessitant les niveaux de disponibilité les plus élevés. Puis, les organisations mondiales bénéficient d’une meilleure couverture géographique.

Les temps de réponse sont améliorés grâce au stockage des données plus près des utilisateurs finaux. Le traitement des données est donc plus efficace plus près de la source. Enfin, il est plus facile d’assimiler les fusions et acquisitions.

Comment bien gérer les bases de données multicloud ?

gérer les bases de données multicloud

Pour garantir le succès, voici 10 bonnes pratiques pour concevoir, créer et gérer un environnement de base de données multicloud. Vous découvrirez également des informations sur les défis qu’elles vous aideront à surmonter.

1. Commencez par un plan global et un cadre de gouvernance

Sans aucun doute, le plus grand défi de la gestion de bases de données multicloud est la complexité accrue. En effet, les environnements de bases de données peuvent rapidement devenir ingérables. Les organisations qui entrent dans cet espace sans aborder la complexité des déploiements multicloud auront du mal à faire évoluer leur architecture. Elles courent le risque de créer un environnement chaotique de Far West.

La première étape consiste à développer un plan de déploiement qui couvre tous les aspects de la gestion des bases de données dans un environnement multicloud. Pour commencer, vous devrez fournir une orientation et des conseils pour des activités allant du choix des bons types de bases de données pour les applications à la mise en œuvre de méthodes et d’outils d’accès aux données.

Le principe clé du plan devrait être la simplification de l’environnement. Résistez à l’envie d’affronter la complexité en ajoutant encore plus de technologies, de processus et de personnes. Devenez plus intelligent, non pas plus grand !

Il est peut-être tout aussi important de créer un cadre de gouvernance pour l’environnement fondé sur des politiques et des normes internes. Celui-ci définira les règles qui régissent le déploiement, l’administration et l’accès à la base de données dans l’ensemble de l’organisation. Une bonne gouvernance garantit que la stratégie multicloud est gérée et mise en œuvre de manière cohérente et fiable.

2. Exécuter la bonne base de données dans le bon cloud

Le multicloud offre la liberté d’exécuter des charges de travail de base de données sur la plateforme cloud la plus optimale pour fournir les fonctionnalités métier nécessaires. Associer une base de données au « meilleur » cloud implique de nombreux facteurs qui varient d’une organisation à l’autre. En général, les décisions de déploiement doivent cependant inclure la correspondance des exigences fonctionnelles et non fonctionnelles avec les points forts de chaque cloud.

Pour le faire efficacement, les équipes informatiques et de gestion des données doivent comprendre les besoins applicatifs de leur organisation et les cas d’utilisation des bases de données cloud. Les avantages et les inconvénients des différentes plateformes cloud doivent aussi être examinés au cas par cas et alignés sur la stratégie globale de base de données multicloud.

Dans la plupart des cas, la décision entre les clouds publics ou privés se résume à un contrôle. Pour un meilleur contrôle d’un système de base de données, un cloud privé est la meilleure option. Les organisations qui ne souhaitent pas se charger de la gestion de la plateforme sous-jacente trouveront dans les clouds publics une alternative privilégiée. Parmi les autres facteurs à prendre en compte figurent le coût, la sécurité, l’évolutivité, la latence, l’utilisation des ressources et la disponibilité géographique. Puis, il y a aussi la personnalisation, la vitesse de déploiement, l’infrastructure actuelle et la flexibilité.

3. Utiliser des services de données qui prennent en charge les environnements multicloud

Les défis de l’administration de la base de données augmenteront avec l’ajout de chaque nouvelle plateforme cloud. Avec plus de plateformes, il y a plus de technologies avec lesquelles travailler. Puis, il y a aussi des outils et des interfaces natives pour une plateforme spécifique.

La simplicité opérationnelle peut être obtenue grâce à l’abstraction. Par exemple, les data fabrics peuvent aider les entreprises à passer d’un cloud unique à plusieurs clouds. Leur promesse est que vous n’aurez plus besoin d’utiliser directement des interfaces et des outils cloud natifs pour gérer les bases de données. Au lieu de cela, les services de données centralisés fournissent une vue unifiée des bases de données. Cela permet de normaliser l’administration des bases de données de bout en bout dans les déploiements cloud. Il s’agit cependant d’un domaine émergent.

Du coup, les organisations doivent s’attendre à ce qu’une certaine gestion native soit encore nécessaire jusqu’à ce que la technologie Data Fabric arrive à maturité.

 services de données qui prennent en charge les environnements multicloud

4. Exploiter les services de base de données infogérées

L’un des aspects séduisants du cloud est les services gérés qui sont disponibles pour les organisations. L’utilisation des technologies SaaS et PaaS gérées par des fournisseurs cloud est un changement informatique très rentable. Il en va de même pour les offres de base de données en tant que service (DBaaS) : les exploiter dans votre stratégie multicloud peut considérablement réduire le travail d’administration de la base de données et les frais généraux opérationnels.

Le DBaaS peut ne pas convenir à certaines de vos charges de travail de base de données. Mais, il devrait être votre premier choix quand c’est nécessaire. Les services de base de données gérés permettent à vos administrateurs de base de données de se concentrer davantage sur la création de valeur métier et moins sur les tâches administratives de routine.

5. Envisager la portabilité de la base de données sur plusieurs clouds

Trouvez un équilibre entre les bases de données indépendantes du cloud et celles qui sont propriétaires d’une plateforme cloud unique. Les bases de données open source et les produits commerciaux indépendants de l’un des principaux fournisseurs de plateformes cloud permettent la portabilité multicloud. Cela aide aussi les organisations à éviter de se retrouver bloquées dans un cloud particulier.

D’autre part, les services de bases de données cloud propriétaires peuvent offrir une intégration, une automatisation, des outils, des performances, des fonctionnalités et une sécurité optimisés. Par conséquent, ils peuvent être nécessaires dans votre architecture de base de données.

6. Réduire le nombre de bases de données différentes

Le déploiement réussi des bases de données en tant que technologie courante pendant plus de deux décennies et la croissance de différents types de bases de données ont créé un dilemme informatique. D’une part, les équipes informatiques fournissent les capacités de base de données requises au rythme de l’entreprise. D’autre part, de nombreuses bases de données ont été déployées, ajoutant à la complexité opérationnelle.

La prolifération des bases de données, parfois appelée étalement des bases de données, est une véritable préoccupation dans un environnement multicloud. Le cloud a déjà rendu les bases de données de provisionnement si faciles que les organisations peinent souvent à en contrôler le nombre. Ajoutez de nouvelles plateformes cloud. Cela permet de choisir entre plusieurs bases de données spécialement conçues et de déployer des bases de données redondantes pour réduire le trafic inter-cloud. Bref, le fait d’avoir encore plus de bases de données semble inévitable.

La rationalisation des bases de données réduit le nombre de technologies de base de données différentes que vous devez gérer. Pour simplifier davantage les choses, la solution la plus efficace peut être de passer à des bases de données multimodèles qui prennent en charge plus d’un type de modèle de données (relationnel, document, graphique, etc.). La convergence de plusieurs modèles de données dans un système de gestion de base de données unique lui permet de gérer plus de candidatures.

Pour les besoins en données spécifiques, une base de données à modèle unique offrira probablement les meilleures capacités de gestion des données. Pour la plupart des besoins, cependant, les bases de données multimodèles sont plus que suffisantes.

7. Réduire le nombre de bases de données identiques

 Réduire le nombre de bases de données identiques

La consolidation des bases de données est un autre moyen de contenir la prolifération. Elle réduit le nombre total de bases de données identiques. Elle regroupe et partage efficacement les ressources pour différentes applications dans un plus petit nombre de systèmes. La complexité de la gestion est réduite, car il y aura moins de déploiements et de configurations, et une standardisation accrue des versions de bases de données. La bonne nouvelle est que de nombreux systèmes de base de données de premier plan fournissent des fonctionnalités intégrées. Celles-ci permettent la multilocation pour différentes charges de travail.

8. Optimiser l’accès aux données pour les applications et les utilisateurs finaux

Répartir les données sur les plateformes cloud sans affecter négativement les applications et la productivité des utilisateurs finaux est un défi que les entreprises devront immédiatement relever. Si les applications et les utilisateurs ont besoin de connaître des détails techniques, tels que l’emplacement des données et la technologie de base de données sous-jacente, cela va rapidement entraîner des inefficacités et des expériences utilisateur sous-optimales.

La virtualisation des données est un moyen de relever les défis d’accès aux données dans un environnement de base de données multicloud. Il s’agit d’une approche d’intégration de données qui crée une couche d’abstraction entre différentes bases de données. Cela permet d’offrir aux applications et aux utilisateurs un accès transparent sans avoir besoin de savoir où se trouvent physiquement les données. La création d’une vue virtualisée unique de toutes les données dans un environnement multicloud réduit également l’isolement et la fragmentation des actifs de données.

9. Garder les données locales sur une seule plateforme cloud quand c’est possible

Alors que le cloud offre une flexibilité accrue et une évolutivité presque illimitée, chaque octet de données qui quitte une plateforme cloud à un coût. La plupart des principaux fournisseurs cloud ne facturent pas les transferts de données dans leur cloud, également connus sous le nom d’entrée de données. Mais, ils facturent des frais lorsque les données en sont déplacées, que ce soit d’une région à une autre dans le même cloud. Ces frais, appelés indifféremment coûts de sortie de données ou de réseau, peuvent être élevés si beaucoup de données sont transférées.

Le trafic de données entre différents clouds augmentera également la latence. En effet, les réponses de la base de données subissent une dégradation des performances résultant principalement de l’augmentation de la distance et des multiples sauts de réseau. Cela est particulièrement problématique pour toutes les demandes de base de données à volume élevé avec des exigences de performances strictes. Pire encore, vous devrez probablement faire face à un manque d’interopérabilité entre les plateformes cloud.

À mesure que les volumes et les vitesses de données augmentent, le coût et la latence du déplacement et de la copie des données dans un environnement de base de données multicloud peuvent devenir insoutenables. Pour éviter cela, cherchez à colocaliser les charges de travail hautement intégrées et leurs bases de données sur la même plateforme cloud. Une architecture de données fédérée conserve les données dans l’écosystème cloud local. Cela permet de minimiser le trafic de données inter-cloud et les frais de sortie, tout en permettant l’interopérabilité en cas de besoin.

10. Connecter les réseaux cloud pour réduire la latence des données

Malgré les problèmes de coût et de latence, certains mouvements de données entre les plateformes cloud sont inévitables pour de nombreuses organisations. Certaines requêtes de base de données peuvent tolérer les limitations de vitesse et l’imprévisibilité de l’Internet public. Pour celles qui ne le peuvent pas, il existe plusieurs façons de connecter les réseaux cloud pour faire face à la latence des réseaux multicloud.

Pour les processus critiques, les lignes privées sont une excellente option. Les alternatives aux circuits dédiés de votre fournisseur de télécommunications incluent les tunnels VPN et la connectivité privée via un routeur virtuel.

Aina Strauss

À lire aussi

Logiciel Cloud vs sur site : quel est le meilleur pour votre entreprise ?

Mis à jours 27 septembre 2022 L’adoption généralisée du cloud a conduit de nombreux fournisseurs …