vendredi , 19 avril 2019
Home » Tutoriel » Comprendre la pile du Cloud Computing

Comprendre la pile du Cloud Computing

Comprendre la pile du Cloud computing : SaaS, PaaS, IaaS

Cloud Computing est un terme large qui décrit une large gamme de services. Comme pour d’autres développements importants dans la technologie, de nombreux fournisseurs ont saisi le terme «Cloud» et l’utilisent pour des produits qui se situent en dehors de la définition commune. Afin de vraiment comprendre comment le Cloud peut être utile pour une entreprise alors, il est d’abord important de comprendre ce qu’est vraiment le Cloud et ses différentes composantes. Étant donné que le Cloud est une vaste collection de services, les entreprises peuvent choisir où, quand et comment elles utilisent le Cloud Computing. Dans cet article, allons voir les différents types de services de Cloud Computing communément appelés Software as a Service (SaaS), Platform as a Service (PaaS) et Infrastructure as a Service (IaaS) et donnons des exemples et des études de cas pour illustrer leur fonctionnement. Allons voir également des conseils sur les situations où les saveurs particulières de Cloud Computing ne sont pas forcément la meilleure option pour une entreprise.

La pile du Cloud Computing

Le Cloud Computing est souvent décrit comme une pile grâce à la vaste gamme de services intégrés l’un sur l’autre sous le mot « Cloud ». La définition généralement acceptée du Cloud Computing provient de l‘Institut National des Normes et de la Technologie (NIST). La définition du NIST fonctionne à plusieurs centaines de mots, mais indique essentiellement que l’infonuage est un modèle permettant d’accéder à un accès commuté et à la demande à un réseau partagé des ressources informatiques configurables (par exemple : réseaux, serveurs, stockage, applications et services) qui peuvent être rapidement approvisionnés et publiés avec un effort minimal de gestion ou une interaction avec le fournisseur de services.

Ce que cela signifie en termes simples est la possibilité pour les utilisateurs finaux d’utiliser des parties de ressources mobilisées et que ces ressources peuvent être acquises rapidement et facilement.

NIST offre également plusieurs caractéristiques qu’il considère comme essentielles pour qu’un service soit considéré comme « Cloud ». Ces caractéristiques comprennent :

Plus qu’un argument sémantique autour de la catégorisation, pour maximiser les avantages que Cloud Computing apporte, une solution doit démontrer ces caractéristiques particulières. C’est particulièrement vrai puisque ces dernières années, il y avait du changement adopté par les fournisseurs de logiciels traditionnels dans la proposition des solutions telles que « Cloud Computing », généralement acceptées pour ne pas entrer dans la définition du vrai Cloud Computing, une pratique considérée comme « cloud-washing ».

Le diagramme suivant représente la pile du Cloud Computing : il présente trois catégories distinctes dans Cloud Computing : le logiciel en tant que service, la plate-forme en tant que service et l’infrastructure en tant que service.

Dans ce rapport, les trois catégories sont examinées en détail. Voici une façon très simplifiée de différencier ces saveurs de Cloud Computing.

  • Les applications de SaaS ont été conçues pour les utilisateurs finaux et sont livrées sur le Web.
  • PaaS est l’ensemble d’outils et de services conçus pour effectuer le codage et le déploiement rapide et efficace de ces applications.
  • IaaS est le matériel et les logiciels qui l’alimentent tous comme les serveurs, le stockage, les réseaux et les systèmes d’exploitation.

Pour vous aider à comprendre comment ces 3 composants sont liés, certains ont utilisé l’analogie de transport suivante :

*Par lui-même, l’infrastructure n’est pas utile – il se trouve juste là en attente d’une personne qui va la rendre productive tout en résolvant un problème particulier. Imaginez le système de transport Interstate aux États-Unis. Même avec toutes ces routes qui ont été construites, elles ne seraient pas utiles sans les voitures et les camions qui transportent des personnes et des biens. Dans cette analogie, les routes sont les l’infrastructure puis, les voitures et les camions sont la plate-forme qui se situe au-dessus de l’infrastructure et transporte les personnes ainsi que lesbiens. Ces biens et ces personnes pourraient être considérés comme les logiciels et les informations dans le domaine technique. <sup>http://www.qrimp.com/blog/blog.The-Difference-between-IaaS-and-PaaS.html</ sup> *

Il est important de noter que, pour des raisons d’illustration, ce document blanc établit une distinction claire entre SaaS, PaaS et IaaS. Les différences entre ces catégories de cloud computing, en particulier PaaS et IaaS, étaient floues et continueront à l’être. Néanmoins, avec une compréhension générale de la façon dont ces composants interagissent les uns avec les autres, allons voir plus de détails sur la couche supérieure de la pile, SaaS.

Logiciel en tant que service ou Saas

Le logiciel en tant que service (SaaS) se définit comme suit :

« … logiciel déployé sur Internet … Avec SaaS, un fournisseur accorde une application aux clients soit comme un service à la demande et par abonnement avec un mode de paiement à chaque utilisation (pay-as-you-go model), soit (de plus en plus nombreux) sans contrepartie financière lorsqu’il y a l’opportunité de générer des revenus provenant des flux autres que l’utilisateur tels que les ventes de publicité ou de liste d’utilisateurs. « 

SaaS est un marché en croissance rapide comme indiqué dans les rapports récents qui prédisent une croissance continue à deux chiffres. Cette croissance rapide indique que SaaS deviendra rapidement banal auprès de chaque organisation et, par conséquent, il est important que les acheteurs et les utilisateurs de la technologie comprennent ce qu’est SaaS et dans quel cas il est utile.

Caractéristiques de SaaS

Comme les autres formes de Cloud Computing, il est important de s’assurer que les solutions vendues en tant que SaaS sont en fait conformes aux définitions généralement acceptées de Cloud Computing. Certaines caractéristiques définissant SaaS comprennent :

  • L’accès Web aux logiciels commerciaux
  • Le logiciel est géré à partir d’un emplacement central
  • Le logiciel livré dans un modèle « un à plusieurs »
  • Les utilisateurs ne sont pas obligés de gérer les logiciels de mises à niveau et les correctifs
  • Les Interfaces de programmation d’applications (API) permettent l’intégration entre les différents logiciels

Dans quels cas utiliser SaaS ?

Généralement le Cloud Computing, et en particulier SaaS, est une méthode de croissance rapide de la technologie. Cela veut dire que les entreprises qui envisagent un déménagement vers le cloud souhaiteront examiner quelles applications elles vont déplacer vers SaaS. Voici des solutions particulières que nous considérons comme un candidat principal pour un déménagement initial vers SaaS :

  • Les offres « Vanille » où la solution est en grande partie indifférenciée. Un bon exemple d’une offre de vanille comprend un courrier électronique où les concurrents utilisent plusieurs fois le même logiciel précisément parce que cette technologie fondamentale est une exigence pour faire des affaires, mais elle ne confère pas elle-même un avantage concurrentiel.
  • Les applications où il existe une interaction significative entre l’entreprise et le monde extérieur. Par exemple, un logiciel de campagne de bulletin d’information électronique.
  • Les applications qui ont un besoin important d’accès Web ou mobile. Par exemple, le logiciel de gestion de vente mobile.
  • Le logiciel qui ne doit être utilisé qu’à court terme. Par exemple, le logiciel de collaboration pour un projet spécifique.
  • Les logiciels où la demande augmente de façon significative, par exemple, un logiciel fiscal ou de facturation utilisé une fois par mois.

SaaS est largement acceptée pour être présenté au monde des affaires selon Salesforce, une application CRM ou Gestion des relations avec la clientèle. En tant que l’un des meilleurs et premiers outils, il n’est pas surprenant que le CRM soit la zone d’application de SaaS la plus populaire, mais le courrier électronique, la gestion financière, le service à la clientèle et la gestion des dépenses ont également bénéficié d’une bonne adoption via SaaS.

Dans quels cas ne pas utiliser Saas ?

Alors que SaaS est un outil très précieux cependant, il existe certaines situations où que il n’est pas la meilleure option pour livrer des logiciels. Voici des exemples où SaaS peut ne pas être approprié :

  • Lorsque les applications nécessitent un traitement extrêmement rapide des données en temps réel.
  • Lorsque la législation ou  une autre réglementation ne permet pas d’héberger les données dans les applications extérieurement.
  • Lorsque dans les applications, il existe sur le site une solution qui répond à tous les besoins de l’entreprise.

Le logiciel en tant que service ou Saas peut être l’aspect le plus connu de Cloud Computing, mais les développeurs et les entreprises du monde entier tirent également profit de Plate-forme en tant que Service ou Paas puisque cela combine la simplicité de SaaS avec la puissance d’IaaS pour une grande efficacité.

Étude de cas : SaaS permet à Groupon d’évaluer son Service clientèle

Lancé en novembre 2008, Groupon propose quotidiennement les meilleures choses à faire, à voir, à manger et à acheter dans plus de 500 marchés et 40 pays. Cette société possède des milliers d’employés répartis dans ses bureaux à Chicago et à Palo Alto, dans ses bureaux régionaux en Europe, en Amérique latine, en Asie et en Afrique avec des dirigeants de comptes locaux stationnés dans de nombreuses villes. Groupon cherche à vendre uniquement des produits et des services de qualité, à être honnête et direct avec ses clients et fournir un service client exceptionnel.

« Après quelques mois de notre fondation, notre base de clientèle a augmenté », déclare Joe Harrow, Directeur de Service Clientèle chez Groupon. « Au début, je consacrais 10 pourcent de mon temps à répondre aux demandes des clients. Il est devenu progressivement un emploi pour plusieurs agents. Nous nous sommes rendu compte que nous ne pouvions tout simplement pas continuer sans une véritable solution de ticketing. « 

Convaincu que la croissance rapide de Groupon se poursuivrait, Harrow a cherché plusieurs solutions de service au niveau de l’entreprise. Mais, il n’a pas trouvé un bon ajustement.

« Les solutions au niveau de l’entreprise semblent compliquées et difficiles à mettre en place » : rappelle Harrow. « Ils auraient augmenté notre efficacité, mais au détriment de l’expérience du client ». Harrow a ensuite cherché sur le Web des logiciels de service en ligne et trouvé Zendesk. Après une évaluation rapide de Zendesk, Harrow a su qu’il avait la bonne solution.

« Dès le début, Zendesk était intuitif à utiliser » : dit Harrow. « Il semblait plus puissant et robuste que d’autres solutions de service en ligne, et il avait été très apprécié dans les critiques que nous avions lues. De plus, nous savions que parce qu’il s’agissait d’une solution basée sur le Web, il pourrait facilement prendre de l’ampleur pour supporter notre volume qui ne cesse d’augmenter ».

Groupon emploie maintenant plus de 150 agents de service clientèle, qui gèrent près de 15 000 tickets par jour. Les macros de Zendesk, qui sont des réponses prédéfinies aux FAQ, sont la fonction Zendesk préférée de Groupon. Ces macros aident Groupon à former ses agents pour fournir l’une des caractéristiques du service clientèle de l’entreprise : une résolution one-touch dont l’objectif est déjà fixé à l’avance.

Groupon a également constaté qu’il est facile d’intégrer Zendesk avec d’autres solutions. En intégrant Zendesk avec GoodData, Groupon a étendu et amélioré ses rapports, voire même au-delà des limites de ses anciennes feuilles de calcul. À titre d’exemple du type d’évolutivité apporté par le SaaS, Groupon a récemment traité son millionième de ticket d’abonnement.

Plate-forme en tant que service ou Paas

La plate-forme en tant que service (PaaS) apporte les avantages que SaaS a achetés pour les applications, mais sur le monde du développement de logiciels. PaaS peut être définie comme une plate-forme informatique qui permet la création d’applications Web rapidement et facilement, et sans la complexité de l’achat et de l’entretien du logiciel ainsi que de l’infrastructure.

PaaS est analogue à SaaS sauf qu’au lieu d’être un logiciel livré sur le Web, c’est plutôt une plate-forme, livré également sur le Web, permettant la création des logiciels.

L’utilisation d’un environnement de développement PaaS a entraîné la création de ces applications nettement plus rapides qu’ils ne le seront pas autrement. Dans certains exemples, en l’absence de PaaS, le coût du développement de l’application aurait été prohibitif.

PaaS est sans aucun doute une forme passionnante et puissante de Cloud Computing, mais en termes de sensibilisation au marché, il est difficile de regarder l’Infrastructure en tant que Service ou Iaas ainsi que la croissance rapide qu’elle gagne sur le marché.

Caractéristiques de PaaS

Il existe un certain nombre de prises différentes sur ce qui constitue PaaS mais certaines caractéristiques de base comprennent :

  • Services pour développer, tester, déployer, héberger et maintenir des applications dans le même environnement de développement intégré. Tous les différents services nécessaires à la réalisation du processus de développement d’applications.
  • Les outils de création d’interface utilisateur basés sur le Web aident à créer, modifier, tester et déployer différents scénarios d’Interfaces utilisateurs.
  • L’architecture multi-locataire où plusieurs utilisateurs simultanés utilisent la même application de développement.
  • La construction dans l’évolutivité des logiciels déployés, y compris l’équilibrage de charge et le basculement.
  • L’intégration avec les services Web et les bases de données via des normes communes.
  • Le service de la collaboration de l’équipe de développement – certaines solutions PaaS disposent des outils de planification et de communication de projets.
  • Les outils de gestion de facturation et d’abonnement.

PaaS, qui est bien semblable en plusieurs aspectes à l’Infrastructure en tant que Service (IaaS) qui sera analysé ci-dessous, est différencié d’IaaS par l’ajout de services à valeur ajoutée et se décline en deux saveurs distinctes :

  1. Une plate-forme collaborative pour le développement de logiciels, axée sur la gestion du flux de travail indépendamment de la source de données utilisée pour l’application. Un exemple de cette approche serait Heroku, un PaaS qui utilise le langage de développement Ruby on Rails.
  2. Une plate-forme qui permet la création de logiciels tout en utilisant les données propriétaires d’une application. Ce type de PaaS peut être considéré comme une méthode pour créer des applications avec un formulaire ou type de données commun. Un exemple de ce type de plate-forme serait le Force.com PaaS de Salesforce.com qui est utilisé presque exclusivement pour développer des applications qui fonctionnent avec le Salesforce.com CRM.

Dans quels cas utiliser PaaS ?

PaaS est particulièrement utile dans toutes les situations où plusieurs développeurs travaillent sur un projet de développement ou d’autres parties externes doivent interagir avec le processus de développement. Comme le montre l’étude de cas ci-dessous, il est surtout important pour ceux qui possèdent une source de données existante – par exemple, pour gérer les informations de vente à partir d’un outil de gestion de relation client, et souhaitent créer des applications qui tirent profit de ces données. Pour terminer, PaaS est utile lorsque les développeurs souhaitent automatiser les tests et les services de déploiement.

La popularité du développement de logiciel agile, un groupe de méthodologies de développement de logiciels basées sur le développement itératif et progressif, augmentera également l’adoption de PaaS car elle soulage les difficultés liées au développement rapide et à l’itération du logiciel.

Quelques exemples de PaaS comprennent Google App Engine, Microsoft Azure Services et la plate-forme Force.com.

Dans quels cas ne pas utiliser PaaS ?

On prétend que PaaS deviendra l’approche prédominante du développement de logiciels. La capacité d’automatiser les processus, d’utiliser des composants prédéfinis et des blocs de compilation, et de déployer automatiquement à la production lui donnera une valeur suffisante pour être très convaincante. Toutefois, il existe certaines situations où PaaS peut ne pas être l’option appropriée comme dans les exemples suivants :

  • Lorsque l’application doit être hautement transférable en termes d’endroit où elle est hébergée.
  • Lorsque des langages ou des approches propriétaires ont un impact sur le processus de développement.
  • Lorsqu’un langage propriétaire entraverait les déplacements ultérieurs vers un autre fournisseur. Dans ce cas, des préoccupations sont soulevées au sujet du verrouillage du fournisseur.
  • Lorsque la performance de l’application nécessite la personnalisation du matériel et des logiciels sous-jacents.

Étude de cas : Menumate utilise PaaS pour fournir des meilleures applications

Menumate est un fournisseur de matériels et de logiciels de nombreux points de vente pour l’industrie de l’accueil à travers l’Australasie. Menumate a profité de Force.com PaaS pour migrer au fil du temps une série d’applications existantes utilisées dans l’entreprise.

Daniel Fowlie et Abhinav Keswani sont les directeurs de la maison de développement Trineo, la société responsable du développement de la boutique pour Menumate. Fowlie explique que l’utilisation de la plate-forme Force.com a permis à Menumate de centraliser, de moderniser et d’intégrer une boîte à outils de logiciel interne autrement disparate.

Keswani estime qu’une approche de développement plus conventionnelle nécessiterait une infrastructure, une connectivité et une sécurité importantes, et introduirait des considérations de disponibilité – alors que la plate-forme Force.com fournit déjà ces exigences non fonctionnelles – permettant à Menumate et Trineo de se concentrer uniquement sur le développement de la fonctionnalité nécessaire. De plus, l’utilisation d’une approche PaaS a permis à Trineo de profiter des intégrations existantes et des outils de déploiement automatisé – un autre exemple de PaaS facilitant le processus de développement.

Grâce à PaaS, Trineo a pu migrer au fil du temps une série d’applications existantes utilisées dans l’entreprise. Certaines de ces applications sont :

  • Génération de clé de licence – Le logiciel Menumate utilise des clés de licence pour activer les fonctions que le client a payées. Le pouvoir du langage de programmation PaaS a permis à Menumate de transférer rapidement ce code à Force.com où les clés de licence sont liées à l’enregistrement client dans l’application CRM Salesforce.com. Cela permet au personnel de vente et de service de voir rapidement l’état des demandes de licence.
  • Gestion améliorée des cas – Beaucoup de cas de service que Menumate a traité étaient des commandes pour les consommables. Pour gérer cela, ils avaient une application DOS distincte qui permettrait à l’utilisateur d’effectuer une commande et de créer une facture. Menumate peut maintenant ajouter des produits à un service et envoyer automatiquement une facture à leur logiciel de comptabilité en utilisant un produit d’intégration existant.
  • Impression d’étiquettes – Une autre application héritée a été la création d’étiquettes de fret pour l’envoi des consommables et des matériels aux clients. Grâce à la technologie PaaS, ceux-ci peuvent être imprimés maintenant et directement à partir du registre du client.

Infrastructure en tant que service ou IaaS

L’Infrastructure en tant que Service (IaaS) est un moyen de fournir l’infrastructure du Cloud Computing – les serveurs, le stockage, le réseau et les systèmes d’exploitation – en tant que service à la demande. Au lieu d’acheter des serveurs, des logiciels, des espaces de centre de données ou des équipements de réseau, les clients achètent ces ressources en tant que service à la demande entièrement sous-traité.

Comme indiqué précédemment, il existe quelques sous-catégories qui méritent d’être notées dans IaaS. En général, IaaS peut être une infrastructure publique ou privée ou même une combinaison des deux. En effet, le « cloud public » est considéré comme une infrastructure qui consiste en ressources partagées, déployées en libre-service sur Internet.

Par contre, le « cloud privé » est une infrastructure qui imite certaines fonctionnalités du Cloud Computing telles que la virtualisation cependant, il utilise un réseau privé. De plus, certains fournisseurs d’hébergement commencent à proposer une combinaison d’hébergement traditionnel aux réseaux publics et / ou privés. Cette approche combinée est généralement appelée « nuage hybride ».

Caractéristiques d’IaaS

Comme pour les deux sections précédentes dont SaaS et PaaS, IaaS est un domaine en développement rapide. Toutefois, il existe certaines caractéristiques fondamentales qui décrivent ce qu’est IaaS. IaaS est généralement accepté pour se conformer à ce qui suit :

  • Les ressources sont distribuées en tant que service.
  • IaaS permet une mise à l’échelle dynamique.
  • Iaas est proposé à un coût variable et dispose d’un modèle d’évaluation de tarif.
  • Généralement, il permet aux plusieurs utilisateurs de se connecter sur un seul matériel.

Il existe une pléthore de fournisseurs d’IaaS depuis les plus grands fournisseurs de Cloud comme Amazon Web Services et Rackspace à d’autres de fournisseurs régionaux.

Comme mentionné précédemment, la liaison entre PaaS et IaaS devient plus floue à mesure que les fournisseurs introduisent des outils dans une partie d’IaaS permettant d’aider les utilisateurs au déploiement, et d’obtenir la possibilité de déployer plusieurs types de clouds.

Dans quels cas utiliser IaaS ?

IaaS est utile dans de nombreuses situations, et celles-ci sont étroitement liées aux avantages que le Cloud Computing apporte. Les situations adaptées particulièrement aux Infrastructures Cloud sont :

  • Lorsque la demande est très volatile – chaque fois qu’il y a des pics et des creux importants en termes de demande sur l’infrastructure.
  • Pour les nouvelles organisations sans capital pour investir dans le matériel.
  • Lorsque l’entreprise augmente rapidement et la mise à l’échelle du matériel serait problématique.
  • Lorsqu’il y a une pression dans l’entreprise qui limite les dépenses en capital pour passer aux dépenses de fonctionnement.
  • Pour une ligne d’affaires spécifique, les besoins d’infrastructure provisoires ou temporaires.

Dans quels cas ne pas utiliser IaaS ?

Alors qu’IaaS offre des avantages massifs pour les situations où l’évolutivité et l’approvisionnement rapide sont bénéfiques, il existe toutefois des situations où ses limites peuvent devenir problématiques. Des exemples de situations où IaaS ne doit pas être adopté :

  • Lorsque la conformité réglementaire rend difficile la délocalisation ou la sous-traitance du stockage et du traitement des données.
  • Lorsque des niveaux de performance plus élevés sont requis, et que l’infrastructure hébergée sur le site ou dédiée dispose de la capacité de répondre aux besoins de l’entreprise.

Étude de cas : Live Smart aide les personnes qui font des régimes en utilisant un régime d’infrastructure

Live Smart Solutions est la société mère du Diet Solution Program, (voir la note en bas de page sur http://www.thedietsolutionprogram.com) une société produisant des livres et des programmes de régime en ligne. Beyond Diet est un site communautaire interactif pour les individus sur leur programme de régime alimentaire.

Fondée en 2008, la société a connu une croissance rapide dont une hausse de vente de 50x en 2010. Ceci se traduit par des visites quotidiennes en moyenne de 300 000 personnes avec des pics pouvant atteindre jusqu’à un million de téléspectateurs uniques. Lors de la décision concernant une stratégie pour leur infrastructure, Beyond Diet a besoin de quelque chose à faible contact et hautement évolutif. Il est important que Beyond Diet ait la capacité de monter et descendre vu que leur stratégie de marketing voit de grand nombre de pics de trafic de façon régulière.

Rob Volk, CTO de Live Smart, rapporte que passer à l’infrastructure Cloud lui a donné plus de tranquillité d’esprit. Précédemment, Live Smart avait un administrateur de systèmes à temps partiel travaillant sur leurs sites et, comme le dit Volk.

Ce n’était pas la meilleure option pour nous. Maintenant, avec Managed Cloud (un service IaaS offert par le fournisseur de cloud computing Rackspace), Rackspace agit essentiellement comme notre administrateur Linux et Windows. Ils apporteront nos changements au fur et à mesure de notre besoin et répondront à tout temps d’arrêt dont 24 heures par jour. En quelques minutes, un ingénieur se connecte pour réparer le problème.

Les principaux moteurs de la migration de Volk vers Cloud ont été la capacité de se concentrer sur les activités principales et de laisser la gestion quotidienne de l’infrastructure aux experts. Le fait que les fournisseurs de Cloud offrent plusieurs niveaux de redondance, une configuration rapide et des degrés de flexibilité élevés sont des facteurs décisifs. Fait intéressant, Volk n’a jamais envisagé de gérer ses propres serveurs physiques. Plutôt, la décision était l’un des serveurs hébergés ou le Cloud.

La décision d’opter pour Cloud a été prise car elle offrait un coût réduit et une plus grande flexibilité que les options de serveur dédié correspondantes.

Volk utilise plusieurs fournisseurs de Cloud : il a trois serveurs Web, plusieurs serveurs de bases de données et un équilibreur de charge avec Rackspace. Il utilise également le service S3 d’Amazon.

Le plus grand avantage que Volk obtienne avec l’infrastructure Cloud est l’évolutivité comme il l’explique.

Après le Nouvel An, tout le monde fait un régime. Alors, notre période de pointe est juste après le Nouvel An – nous pourrions obtenir trois fois le trafic de Janvier à Mars. Avec les serveurs Cloud, nous sommes en mesure de créer des nouvelles solutions web en quelques minutes, puis de diminuer ces ressources mises à disposition une fois que le trafic baisse. Nous avons cette élasticité dans notre ferme qui n’est possible que dans un environnement virtualisé.

Conclusion

Le Cloud Computing est un terme qui ne décrit pas une seule chose. Il s’agit plutôt d’un terme général qui couvre une variété de services depuis l’Infrastructure en tant que Service à la base, à la Plateforme en tant que Service comme outil de développement et au Logiciel en tant que service remplaçant les applications en local.

Pour les entreprises qui souhaitent migrer vers le Cloud Computing, il est important de comprendre les différents aspects du Cloud Computing, d’évaluer leur propre situation et de décider quels types de solutions sont adaptés à leurs besoins spécifiques.

Le Cloud Computing est une révolution accélérée au sein des technologies de l’information et deviendra la méthode par défaut de la livraison des technologies de l’information dans l’avenir – les entreprises seraient priées de considérer leur approche pour commencer à migrer vers les clouds ​​plus tôt que plus tard.

À lire aussi

19 outils pour apprivoiser les déploiements de Kubernetes

Tirez parti de ces outils Kubernetes pour simplifier les définitions d’applications, améliorer la surveillance, faciliter …